Une agriculture durable pour assurer la sécurité des moyens de subsistance des communautés rurales de Rasuwa (SALS)


Situation: Comités de développement villageois de Dandagaun, Thulogaun et Ramche, District de Rasuwa, Népal

Période: Août 2013 – août 2016

Bénéficiaires Directs: 2000 personnes

Bénéficiaires Indirects: 2300 personnes

Partenaires financiers: FEDEVACO, Fondation Lord Michelham de Hellingly, Lions Club Sion valesia

Partenaire local: Group of Helping Hands (SAHAS)


??????????

Plus de 54 % des ménages de Rasuwa vivent en dessous du seuil de pauvreté ; l’accès aux services, ressources et infrastructures de base est très limité. L’agriculture est la principale activité économique, mais la plupart des familles ne disposent que d’une très petite exploitation et leurs récoltes sont inférieures aux quantités nécessaires pour assurer leur propre sécurité alimentaire durant toute l’année. En outre, près de 70 % de la population appartient à l’ethnie marginalisée Tamang ou à la caste sociale la plus basse, les Dalits. Comme dans beaucoup de régions rurales du Népal, le manque d’infrastructures et de coordination pour améliorer et assurer la productivité agricole pousse beaucoup d’hommes et de jeunes à partir – laissant sur les épaules des femmes une charge disproportionnée.

Le projet SALS aide 305 ménages à augmenter leur production et la vente de légumes et de chèvres, et ce, de manière durable et écologique. Plus précisément, à la fin du projet, les participants, en particulier les femmes issues de groupes ethniques marginalisés, auront:

  • amélioré les intrants ainsi que leurs connaissances et compétences nécessaires pour accroître la production des principaux produits agricoles, notamment en ce qui concerne les chèvres et les légumes qui jouissent d’une forte demande de la part de la communauté et d’un potentiel de marché élevé;
  • acquis et pourront appliquer des compétences en agriculture durable et en agro-entreprise;
  • à leur portée les infrastructures favorisant la durabilité et l’efficacité;
  • la capacité d’entrer en contact avec les acteurs commerciaux locaux pour commercialiser leurs produits;
  • acquis des compétences en gestion des coopératives et des associations professionnelles agricoles.

À ce jour, nous avons mené avec succès des orientations au niveau de la zone et du Comité de développement des Villages (VCC), ainsi que dans 26 des communautés participantes. Ces ateliers ont présenté des personnalités politiques aux projets, ainsi que des dirigeants locaux et plus de 100 agriculteurs; ils ont également permis d’avoir un aperçu des besoins locaux et des souhaits concernant le choix des cultures et des races. Afin d’augmenter cette contribution, l’équipe mène actuellement une étude technique pour identifier la variété de pommes de terre qui répond le mieux aux attentes de la communauté et du marché. Près de 343 agriculteurs ont reçu des semences améliorées et des groupes d’agriculteurs sélectionnés ont reçu des races de chèvres améliorées ; la distribution est en cours. En outre, l’équipe a formé des groupes de façon à mettre l’accent sur la régularité et les économies de groupe, contribuant ainsi à créer des groupes forts et bien informés pour un soutien intracommunautaire et des changements durables.

Dans les mois à venir, nous allons élargir la distribution de semences et former des participants aux cultures intensives et à la culture intercalaire, au jardinage écologique, et au développement commercial d’agro-entreprises. Un bloc de diversité sera mis en place pour soutenir les variétés de haricots locaux. Le projet va également créer des services de traitement pour les chèvres et améliorer les pratiques de gestion dans leurs abris, leur alimentation, la santé des animaux et la reproduction. Au cours du second semestre, des infrastructures seront mises sur pied, incluant des serres et des tunnels en plastique, des hangars de vermicompostage, des réservoirs de trempage caprins pour lutter contre les parasites et de petits réseaux d’irrigation.