Des légumes pour la santé à Sershul


Lieu : District de Sershul, Sichuan, Tibet (Chine)

Période : Janvier 2013 – Décembre 2015 (2ème phase)

Bénéficiaires directs : 540 – 720 personnes

Bénéficiaires indirects : 7000 personnes

Partenaires financiers : Fédération Vaudoise de Coopération (FEDEVACO) ; Association Objectif Tibet ; Association Humanium

Partenaires locaux : 5 villages


Tibet2

Présentation du projet

À une altitude moyenne de 4200m, la végétation dans le district de Sershul se limite à des prairies du haut plateau et quelques rares buissons. Les habitants de cette région ont vécu du yak pendant bien des siècles : viande de yak et tsampa d’orge, lait, beurre et yogourt à la belle saison, thé au beurre, et autres plats lourds en calories pour faire face au froid. Le yak, c’est aussi les tentes et les habits, le combustible, et toutes sortes d’outils.
Aujourd’hui, leur mode de vie se transforme : des plaines viennent toutes sortes de marchandises et de nouvelles idées, de nouveaux défis mais aussi de nouvelles opportunités. Les villageois deviennent progressivement plus attentifs à leurs problèmes de santé. Jusqu’à présent populations isolées dans des montagnes au climat rude et aux ressources très limitées, originellement nomades et dispersés sur un territoire de la taille de la Suisse-Romande (3 habitants au km2 contre 181 en Suisse), leur accès à l’information sanitaire et aux hôpitaux est très faible. La population ne se tourne vers ces institutions que lors de problèmes graves.
Une alimentation équilibrée est un facteur crucial de développement pour le foetus et l’enfant et évite bien des maladies chez les adultes. La plupart des habitants ne connaissent pas le lien entre malnutrition et santé, et ne considèrent pas leur régime traditionnel de viande, produits laitiers et orge comme déséquilibré.
Certes les médecins peuvent guérir des maladies grâce à des médicaments coûteux. Cependant, la médecine moderne se doit aussi de prévenir les maladies en informant la population et l’aidant à modifier ses habitudes selon ses objectifs de santé. C’est ce principe qui a amené Norlha à répondre à la requête des responsables locaux en introduisant un projet alliant agriculture et nutrition.

Objectif

Le projet « Des Légumes pour la santé à Sershul » lutte contre la malnutrition chronique des habitants de la région grâce à la production locale de légumes sous serre et à des campagnes de sensibilisation des habitants. Les villageois suivent des formations pour devenir des cultivateurs professionnels autonomes, ce qui pérennise l’impact du projet. En outre, ce projet propose à des familles d’obtenir une serre familiale de 16m2 et d’y cultiver leur potager avec l’aide des professionnels formés par Norlha ces quatre dernières années.

Résultats obtenus

Les serres permettent de produire du mois d’avril au mois d’octobre, une récolte moyenne de 3500kg de légumes par saison (pour 300m2). On y cultive des pommes de terre, plusieurs variétés de choux, des laitues, des oignons, des navets, des épinards et des radis. Les serres sont entièrement écologiques (chauffées uniquement par le soleil). La protection de la nature et de l’environnement sont des valeurs très chères aux traditions culturelles locales. Ainsi, aucun intrant chimique n’est utilisé.
Trois familles ont reçu une formation professionnelle en agriculture et maintenance de la serre, et s’emploient aujourd’hui à la transmission de leurs connaissances aux villageois voisins (personnes de référence).
En 2013, 32 familles ont obtenu une serre familiale de 16m2. Dans ce type de serre, les villageois cultivent des laitues et des choux dont des choux chinois. Il est possible de produire 120 kg de légumes par saison.Grâce à un cours de cuisine, les femmes savent désormais cuisiner les légumes en gardant à la fois saveur et valeur nutritive. Le cours leur enseigne des techniques de bases à savoir respecter l’hygiène, reconnaître des légumes pourris et préparer les aliments. Il présente également des nouvelles recettes avec des aliments non produits sur place mais qui ont une valeur nutritive certaine (œufs, tomates et concombres). Un cours portant sur les épices sera proposé. En 2014, 35 familles ont construit des serres familiales. Des formations de jardinage ont été dispensées et une campagne de sensibilisation à la santé et à la nutrition a été menée. Un petit commerce propose également d’acheter des légumes et du matériel de jardinage jusqu’ici inexistant dans les magasins des environs. En 2015, 25 serres familiales ont été construites. Actuellement, ce sont 92 familles qui bénéficient de leurs propres serres.

Prochaines activités:

La phase suivante va se concentrer sur l’autonomisation du projet en optimisant la chaîne d’approvisionnement en matériel et également sur le renforcement des capacités à produire les légumes et sur la maintenance des serres. De plus, des jardins potagers familiaux vont être construits dans un village. Et d’une manière générale, des cours de sensibilisation concernant la nutrition et la santé vont continuer à être menés, ainsi que les importants cours de cuisine.